L'école d'Elladat et sa cité Kalinach
Bonjour ou bonsoir.
Merci de votre visite! N'hésitez pas à nous rejoindre Wink
Ce n'est pas très compliqué : il vous suffit de choisir un nom et un prénom conforme à votre futur personnage.
La catégorie "Au tout début il y eu..." est là pour vous servir d'aide à la création du personnage. Et les membres seront ravis de répondre à vos questions.

Nous recherchons:
Des chaotiques.

L'école d'Elladat et sa cité Kalinach

.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La folle fait ses emplettes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Indil Erelda
Wethil
avatar

Race : Mi-vouivre mi-hybride félin
Poste : Elève
Elément : Wethil
Nombre de messages : 182

MessageSujet: La folle fait ses emplettes.    Mar 26 Oct - 21:02

Indil marchait d'un pas vif et sautillant lorsqu'une circonstance extérieure la fit brutalement sauter pour de bon à cloche-pied avec un miaulement suraïgu. Elle s'était fait mal. Un de ses désavantages à se promener pieds nus sur des pavés jonchés de débris dont des tessons de bouteilles. Elle ôta délictament le bout de verre planté dans son gros orteil, trempant ses doigts de sang. La rousse fit jouer le orceau entre ses doigts, occassionnant de nouvelles petites entailles à sa peau. Durant plusieurs minutes, elle resta au milieu de la rue, occupée à capter les reflets que projetait le soleil sur le bris. Jusqu'à ce qu'un passant la bouscule et lui rappelle par la même occasion qu'elle était bien la seule à ne pas avoir un but bien précis quand elle passait par une des grandes artères de Kalinach. Elle emboîta aussitôt une ruelle adjacente, puis une autre, se perdit une fois, deux fois, vola allègrement un joli châle coloré à une passante, reprit la bonne route,fit un détour pour éviter un soldat de la Garde qui ne l'observait pas d'un bon oeil, passa dans une grande rue puis à nouveau des passages mal agencés pour enfin parvenir à la basse-cour et enfin au cul-de-sac qui l'intéressait. Indil Erelda avait toujours une drôle de manière d'arriver à ses fins et ignorait le sens du mot ligne droite.

D'un pas clopi-clopant, elle poussa la porte de la boutique de l'apothicaire. Sur le seuil, elle s'immobilisa pour inspirer profondément l'air qu'on y respirait. Peut-être pouvait-il sembler vicié à quelques personnes, mais il lui apparaissait plutôt comme... riche. Pas forcément agréable, pour elle les plus belles odeurs étaient celles des herbes sauvages, de la chasse, du sang, de la peur, de la rosée et du soleil des après-midi. Mais riches et intenses, donc à son goût. Des herbes, des essences, des huiles et des tas de choses inconnues à ses sens... Elle était au bon endroit. Indil livra un grand sourire à la personne qui souhaitait visiblement qu'elle dégage le passage et lui permette de sortir sans se sentir concernée par le regard noir. Au contraire, elle poussa poliement l'individu pour rentrer tout à fait dans le boutique et s'approcher du comptoir, curieuse et séduite par l'atmosphère. Quel étrange bonhomme devait tenir cet endroit ! Peut-être serait-il même assez intéressant pour la distraire, ou au contraire la faire se concentrer quelques instants ?
Car Indil manquait bel et bien de concentration : si son projet avait été de s'approcher du comptoir - on lui avait un jour enseigner que le tavernier se tenait derrière et que c'était lui qui remettait les boissons aux tavernes. Ce devait être a peu près le même système dans les autres boutiques...Non ? Evidemment, entre temps son attention avait été attirée par autre chose: une sorte de plante - jusque là,elle connaissait bien - mais dont les...sortes de feuilles étaient d'une teinte assez étrange: rouge sang. Et ça, c'était plutôt amusant. Indil ne put résister à l'envie d'effleurer l'objet du museau, puis de la griffe, avant que quiconque ait pu réagir.. Ouais en même temps, ce n'était pas comme si la boutique était bondée !


[Oui, tout ça pour ça ! Mais je répondrais -normalement - plus rapidement ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Sanosaki Tjideh
Apothicaire
avatar

Race : ....
Elément : Lind
Nombre de messages : 49

MessageSujet: Re: La folle fait ses emplettes.    Ven 12 Nov - 8:27

C'était une journée qui s'annonçait bien ordinaire, quoique pas tout à fait comme les autres.
Bien que patient, je n'appréciais pas le fait de passer des journées entières seul dans ma boutique quasiment déserte, à attendre que quelque client ne daigne venir y mettre les pieds. Ce qui allait distinguer cette journée des autres résidait dans le fait que, pour une fois, j'allais avoir autre chose à faire qu'attendre ou lire. J'allais pouvoir mettre mes connaissances en pratique et à l'épreuve grâce à ma fructueuse marche en forêt de la veille, qui m'avait permis de ramener une multitude d'herbes avec lesquelles j'allais pouvoir concocter bon nombre de remèdes divers. Cependant, j'allais devoir identifier auparavant chacune des plantes que j'avais récoltées pour ainsi déterminer leurs propriétés.
Oui, je sais, cela paraît ennuyeux, mais lorsque cela fait au moins une bonne semaine que vous n'avez eu aucun client malgré l'ouverture de votre boutique quasiment vingt-quatre heures sur vingt-quatre, cela devient quelque chose de drôlement passionnant.
Ce qui m'avait étonné, ce matin-là, c'était de trouver quelque personne ayant besoin de mes services à la porte de mon modeste commerce dès mon réveil.
La pauvre femme avait besoin d'un remède pour son fils, qui avait été, semble-t-il, attaqué par un inconnu qui lui avait laissé dans la peau un dard empli de venin. Le désespoir se lisait aisément dans le visage de la dame, qui avait réussi à traîner le blessé jusque chez moi. Bien sûr, les remèdes d'un bon apothicaire sont ce qu'il y a de mieux, si toutefois l'apothicaire en question sait reconnaître quel est le problème, avant d'ensuite déterminer quel remède administrer pour soulager les symptômes du mal en question.
Oh, et puis pourquoi est-ce que je prends la peine de raconter cela?
Ah, oui. Parce que ça a débuté cette journée pas comme les autres.
Alors que je m'affairais à sauver ce pauvre homme, une légère odeur rappelant vaguement celle du sang me vint au nez.
Je fis payer à la dame la modique somme requise pour le service rendu, et, heureuse de ma confiance en l'efficacité qu'aurait mon remède sur son fils, elle me remercia quelques fois, puis je retournai à l'intérieur.
Je montai à l'étage supérieur pour aller chercher l'essentiel de mon matériel de travail ainsi que ma fiche d'inventaire, et lorsque je retournai en bas, j'aperçus une rousse qui flânait dans la boutique. Apparemment, les plantes que l'on surnommait chez moi zombies à feuilles rouges l'intéressaient, puisqu'elle les sentit, et les effleura quelque peu du bout de ses doigts apparemment dotés de griffes... Je dis bien apparemment, car ma vision demeurait tout de même relativement peu fiable.
Néanmoins, je désirais conserver un certain ordre dans mon établissement, aussi me résolus-je à l'apostropher avant qu'elle n'en fasse plus.


"Que puis-je faire pour vous aider, mademoiselle?"

Mon nez détecta la même odeur de sang qu'un peu plus tôt, et je baissai les yeux sur le sol pour voir que le plancher comportait quelques taches rouges.

"Vous cherchez un remède en particulier, un onguent pour des plaies mineures, par exemple?"

[HRP: Désolé pour le délai, j'étais débordée par mes travaux scolaires... Normalement, j'aurais répondu beaucoup plus vite!]

_________________
Le bien et le mal n'existent pas.
Ce ne sont que des jugements que les Hommes font des actions de leurs pairs.
Toutes les victoires, toutes les progressions se sont faites au détriment de quelque chose.
Tout ce qui aide certains finit par nuir à d'autres, que ce soit dans l'immédiat ou cent ans plus tard...
Revenir en haut Aller en bas
Indil Erelda
Wethil
avatar

Race : Mi-vouivre mi-hybride félin
Poste : Elève
Elément : Wethil
Nombre de messages : 182

MessageSujet: Re: La folle fait ses emplettes.    Mar 7 Déc - 23:01

Après son approche tactile inefficace, Indil avait clôt ses paupières pour mieux se concentrer sur l'odeur que la plante rougeâtre lui évoquait. C'était que cela sentait d'une manière vraiment étrange ! Et inhabituelle, même pour son museau habité à frolâtrer dans des milieux plus ou moins...habituels. Ou louches. Et dans son enquête minutieuse Indil avait complètement oublié la présence de l'apothicaire Ce n'était pas spécialement contre lui, elle était simplement d'un naturel distrait. Ainsi, elle ne s'attendait pas véritablement à se faire apostropher – et déranger, mais ça, il ne fallait pas le dire – par une voix inconnue.
"Que puis-je faire pour vous aider, mademoiselle?"
Euuuh...Et bien quelque chose sans doute, dans le doute ! Indil sursauta gracieusement, pour enfin tourner le dos à la plante. Tête légèrement inclinée, avec dans les yeux l'air du chat qui vient de se faire surprendre alors qu'il aurait pu jurer être aux aguets, et qui, malgré tout, et beaucoup plus curieux qu'autre chose. Elle sourit gentiement à Sanosaki, se demandant au passage qui il était.


«- De très nombreuses choses je crois bien... »

Réponse automatique quand la rousse se trouvait face à un jeune homme qui lui proposait son aide. Surtout quand il n'était pas bien laid. On ne se refait pas. La deuxième question eut, elle, le mérite de remplacer la vouivre dans un contexte spatial. Certes, elle était dans la boutique de l'apothicaire, et plus précisément pour lui acheter quelque chose. Elle sourit un peu plus largement, et dans le même temps, plus malicieusement. Ses yeux eux, ne perdaient pas de son air innocent, vaguement perdu.


« Un onguent pour plaies mineures ? .... Non je crois pas. Mais c''est gentil. »

Indil se décolla enfin de sa place pour se remettre à arpenter la pièce, mais cette fois plus préoccupée par quelque chose dans sa petite tête que par le décor propice aux bêtises. Et plus par la chose dans sa caboche que par son boitillement. Elle ne tarda d'ailleurs pas à s'arrêter et se tourna vers Sanosaki, les sourcils froncés avec un air inquiet. Une question la taraudait, si une question pouvait rester dans son esprit quelques minutes.

« - Je suis si plate que ça pour qu'on me propose immédiatement à manger ? »

Oui. Parce qu'un onguent pour plaies mineures... Ca ressemble un peu à un nom de plat exotique, mais nourrissant... non ? Elle ne s'était pourtant pas lancée à la recherche d'un restaurant ou d'une taverne ! Non ! Pour une fois elle avait une idée précise, un problème précis, un solution ici... Et là une interrogation plus immédiate. Puis, une seconde qui resurgit comme un chat qui se décide à traverser à un carrefour, juste sous les pieds d'un cheval : soudaine et stupide. Mais inévitable.

«-Qu'est-ce c'est, cette jolie feuille rouge ?  »


[ Etant en prépa, je vois tout à fait ce que c'est : mon temps de réponse était le temps de mon concours blanc. ]
Revenir en haut Aller en bas
Sanosaki Tjideh
Apothicaire
avatar

Race : ....
Elément : Lind
Nombre de messages : 49

MessageSujet: Re: La folle fait ses emplettes.    Sam 11 Déc - 7:38

Plus je fixais la rousse, plus je lui trouvais un air étrangement... innocent, pour une personne en apparence adulte. Il était facile de voir dans ses yeux une certaine expression innocente, voire perdue, malgré le sourire presque malicieux qu'elle me répondit tout en déclarant que je pouvais faire de très nombreuses choses pour l'aider... Ce qui me laissa quelque peu perplexe quant à l'attitude que je devais adopter face à elle. Je jetai un coup d'oeil aux alentours, histoire de m'assurer qu'il n'y avait pas de client dont les besoins semblaient plus pressants que ceux de la demoiselle -- quoi, c'est bien permis d'espérer, non? -- et vit qu'il n'y avait personne. J'avais donc tout mon temps à lui consacrer, du moins, pour le moment.

Son refus quant à mon offre d'un onguent pour guérir les plaies mineures me surprit, je dois l'avouer, car j'étais certain qu'elle avait une blessure au pied -- blessure qui saignait sur mon plancher!
Mais, comme à l'habitude, je n'en laissai rien paraître, après tout, il me fallait m'habituer à voir toutes sortes de gens.
Son air se changea soudainement en inquiétude, et je ne pus m'empêcher de froncer les sourcils, tout comme elle, d'ailleurs.


« - Je suis si plate que ça pour qu'on me propose immédiatement à manger ? »

Je ne pus réprimer un soupir découragé. Était-ce simplement moi, ou les femmes étaient toutes compliquées à comprendre?
Ou avais-je uniquement eu la malchance (ou la chance) de n'en rencontrer que des quelque peu excentriques?
Je me ressaisis, me disant qu'il était encore trop tôt pour juger ainsi une cliente, mais je tenais tout de même à clarifier un point.


"Euh, actuellement, ceux que j'ai en stock ne sont pas très comestibles, je dirais, à moins que vous ne soyez capable de digérer à peu près n'importe quoi... Ceci dit, un onguent est plutôt une mixture que l'on applique sur la peau pour, dans le cas de ceux pour plaies mineures, accélérer la guérison des blessures légères. Ceux qui sont ici en vente sont de mon oeuvre, si je puis m'exprimer ainsi, et ils aident également à prévenir les infections dans les plaies..."

À peine avais-je eu terminé mon explication qu'elle semblait déjà partie ailleurs, et son attention se reporta sur la plante qu'elle était en train d'examiner à mon arrivée.

«-Qu'est-ce c'est, cette jolie feuille rouge ? »

J'ignorais franchement ce qui l'avait tant fascinée chez cette plante pourtant des plus banales, car des plus communes, dans mon pays d'origine, mais mon devoir en tant que commerçant était de répondre aux questions de la demoiselle, puisqu'elle était une cliente.

"Cette plante est originaire du même pays que moi, et elle pousse dans les grandes plaines du Nord. Elle a diverses propriétés, dont celle de provoquer de terribles vomissements lorsqu'on en mange directement. Peu importe la façon dont elle est administrée, son effet est extrêmement rapide. Lorsqu'infusée, un peu comme un thé, et mélangée avec quelque chose de sucré pour changer le goût, elle devient l'un des plus efficaces stimulants immunitaires que l'on connaisse. Le seul inconvénient de l'infusion, à part son goût horrible, est qu'elle a certains effets secondaires qui font que l'on ne recommande pas cela aux femmes enceintes, à moins qu'elles souhaitent perdre leur bébé..."

Je me questionnai à savoir si c'était vraiment nécessaire de débiter tout ce que je savais sur chacune des choses que l'on pouvait trouver dans ma boutique lorsqu'on me posait une question aussi simple que celle de la demoiselle au pied saignant.

"On l'appelle hydre rouge des glaces."

Je regardai une fois de plus les taches rouges sur le plancher, pensant que je ne pouvais pas laisser la rousse se promener en boitillant ainsi, aussi pris-je une décision très rapidement.

"Vous avez définitivement besoin d'un quelconque onguent. J'insiste. Et même, j'irai plus loin, je vous l'offre. Vous n'aurez même pas à le payer."

_________________
Le bien et le mal n'existent pas.
Ce ne sont que des jugements que les Hommes font des actions de leurs pairs.
Toutes les victoires, toutes les progressions se sont faites au détriment de quelque chose.
Tout ce qui aide certains finit par nuir à d'autres, que ce soit dans l'immédiat ou cent ans plus tard...
Revenir en haut Aller en bas
Indil Erelda
Wethil
avatar

Race : Mi-vouivre mi-hybride félin
Poste : Elève
Elément : Wethil
Nombre de messages : 182

MessageSujet: Re: La folle fait ses emplettes.    Sam 25 Déc - 20:18

Les femmes sont compliquées, difficiles à vivre et à vivre, en plus d'être incompréhensibles. Indil était pire, infiniment pire. La plus emberlificotée et étrange femme qu'elle connaissait. N'était pas encore rencontrée pire qu'Indil. Elle rendait donc assez souvent les gens perplexes, même si communément elle ne se rendait compte de rien : pas par habitude, plutôt par négligence et insouciance. Qui plus est, lorsque son interlocuteur contrôlait ses mimiques et gardait un visage globalement impénétrable : dans ce cas , elle n'avait strictement aucune raison d'être un tantinet moins insupportable.
Non pas qu'une bonne raison lui suffise.

Aussi, la perplexité et le léger soupir – sans doute un brin découragé ou surpris – de son interlocuteur, lui échappèrent totalement. Un peu comme son discours, qui lui passa lui, au-dessus de la tête avec l'habileté d'un aigle royal en pleine chasse. Néanmoins, seule la première partie des propos du jeune homme lui furent étranger : quelle étrange fixette il semblait avoir sur son pied ! Comme si c'était la première fois que quelque chose de douloureux s'interposait entre le sol et une partie de son corps ! Deux trois coups de langues curatifs, ne pas trop appuyer dessus quelques temps, et hop ! C'était guéri et repartit ! Par contre, son explication sur la fameuse plante était un tantinet plus intéressante : déjà, parce que cela répondait à son intérêt – c'était siiii joli, si harmonieux, cette fabuleuse couleur grenat ! On en mangerait ! - et ensuite parce que, par un hasard des plus complet, les informations lui rappelèrent le motif premier de sa présence en ces lieux : une première à marquer d'une pierre blanche ! Voire d'un château, puisque cela ne serait pas près de se reproduire.


«-Hydre rouge des glaces. »

Répéta sagement Indil, comme pour mieux mémoriser. De toute manière, d'ici demain elle aurait déjà tout oublié de cette plante qui avait pourtant su capter son attention. Elle sourit gentiment à Sanosaki... Qui insistai-encore avec son onguent pas comestible !

« -Mais...Si ça se mange pas, ça sert à quoi ? »


Indil riva son regard à celui de Sanosaki, inclinant légèrement la tête sur le côté, sincèrement perplexe. Ce fut à son tour de soupirer, elle écarta les bras avec un geste d'abandon.

« Donnez-moi ce fichu onguent, si ça vous fait tellement plaisir ! Vous me ficherez jamais la paix avec ça si je ne vous laisse pas faire ! C'est pas possible d'être aussi têtu pour rien... »


Indil s'arrêta quelques secondes, son pied blessé en l'air, appuyé contre son autre genou, avec presque l'air de réfléchir. Elle repassait dans sa tête les paroles de Sanosaki, visiblement tourmentée par quelque chose d'assez précis. Payer. A force de tout obtenir par le vol ou par son joli minois, elle avait presque oublier que l'échange des biens ici était régi soit par le troc, soit par l'échange de jolies petites pièces qui faisaient de la lumière au sol. Oups. Parce qu'elle n'avait jamais franchement eu l'intention de payer, n'ayant jamais eu plus d'une pièce à la fois et durant plus de quelques heures, en poche. D'ailleurs, elle n'avait même pas de poche, ce qui était une excellente raison. Re-oups. Elle allait faire comment elle ?

« -...Pour tous vos produits...il faut payer, n'est-ce pas? Avec les morceaux de métal jaune, tout ronds ? »

Revenir en haut Aller en bas
Sanosaki Tjideh
Apothicaire
avatar

Race : ....
Elément : Lind
Nombre de messages : 49

MessageSujet: Re: La folle fait ses emplettes.    Jeu 27 Jan - 5:59

Sanosaki se retint de rouler les yeux de découragement lorsque la fille lui demanda à quoi servait la plante ; ne venait-il pas tout juste de lui expliquer? Il retint un long soupir irrité, et prit son mal en patience, décidant de lui résumer l'explication en se concentrant directement sur la question qu'on lui avait posée. Et puis, de toute façon, il ne pouvait pas se permettre de renvoyer une personne étant entrée dans sa boutique, les clients se faisaient tout de même relativement rares! Oh, bien évidemment, il arrivait relativement qu'il voyait des gens ayant besoin de ses services lorsqu'il se promenait dans la rue, mais peu venaient par la suite jusque dans sa boutique lorsqu'ils avaient besoin d'un quelconque remède.

"En gros, ça sert à éliminer les maladies, les infections, tout ce qui peut parasiter une personne ou lui nuire! Et ça ne se mange pas, parce que ça fait vomir quelques secondes après qu'on l'ait ingérée, mais on en fait une infusion. Et puis ça goûte atrocement mauvais, de toute façon. Si vous tenez à manger une plante médicinale, essayez plutôt celle avec les feuilles violettes qu'il y a là-bas."

Il pointa une étagère dans un coin. Était-elle obsédée par l'idée de manger? Il commençait sérieusement à se poser la question. Il avait toutefois bien pensé à ce qu'il avait conseillé à la demoiselle: en plus d'être à peu près la seule plante comestible (pour le commun des mortels) de sa boutique, il en avait choisi une qui avait la propriété de guérir les infections de la bouche, et de les prévenir. Il ne présumait pas que la fille en avait nécessairement besoin, mais ça ne faisait jamais de mal à personne...

"Avec celle-là, il n'y a pas grand risque que vous vous intoxiquiez. Et elle goûte nettement meilleur..."

Il fut intérieurement soulagé qu'elle accepte finalement son offre, et il disparut ensuite derrière son comptoir pendant quelques instants pour revenir avec en main un petit contenant de verre. Il le tendit à sa seule cliente du moment, esquissant un mince sourire quelque peu inexplicable. Lui-même ignorait s'il souriait parce qu'il était content d'aider, ou si c'était simplement son instinct qui lui dictait de sourire pour ne pas paraître trop antisocial et rude.

*Le pire, c'est qu'elle n'est probablement pas entrée ici en cherchant de quoi guérir sa plaie au pied.*

Le Sseinaar lâcha un soupir pour lui-même, découragé de sa propre tentative de comprendre une autre personne, tentative qui avait une fois de plus lamentablement échoué.

*Non, mais qu'est-ce que j'espère, à la fin? Ça fait longtemps que je ne comprends rien aux femmes, moi... Alors pourquoi j'essaie quand même?*

Il fronça les sourcils, puis son attention retourna à sa cliente... Qui avait encore une interrogation pour lui.

« -...Pour tous vos produits...il faut payer, n'est-ce pas? Avec les morceaux de métal jaune, tout ronds ? »

Il s'arrêta un instant, réalisant que la demoiselle n'avait probablement pas un sou. Et, visiblement, ça semblait la troubler un tantinet. À vrai dire, Sanosaki n'avait jamais songé à la façon dont il acceptait d'être payé ; les gens lui donnaient tous pour la plupart des pièces d'or ou des denrées comme du sel ou du sucre. Il recevait parfois des pierres de toutes sortes. Le jeune homme songea quelques secondes au fait qu'il acceptait à peu près n'importe quoi qui eut pu se révéler utile de quelque façon que ce soit, et qu'à part pour les remèdes contenant des plantes qu'il avait ramenées de sa terre natale, il n'avait jamais réellement fixé de prix sur ses produits -- ou s'il y en avait, ils étaient généralement peu élevés. Et voilà, il avait trouvé la réponse qu'il allait donner.

"Non, pas nécessairement. Vous pourriez me payer avec à peu près n'importe quoi qui puisse m'être utile. C'est un peu comme du troc. Mais pour l'onguent, j'ai bien dit que vous ne me devez rien."

_________________
Le bien et le mal n'existent pas.
Ce ne sont que des jugements que les Hommes font des actions de leurs pairs.
Toutes les victoires, toutes les progressions se sont faites au détriment de quelque chose.
Tout ce qui aide certains finit par nuir à d'autres, que ce soit dans l'immédiat ou cent ans plus tard...
Revenir en haut Aller en bas
Indil Erelda
Wethil
avatar

Race : Mi-vouivre mi-hybride félin
Poste : Elève
Elément : Wethil
Nombre de messages : 182

MessageSujet: Re: La folle fait ses emplettes.    Mar 8 Mar - 0:03

Les feuilles violettes, ça se mange. Indil nota soigneusement l'information dans un coin de sa tête, tout en mémorisant l'étagère qu'on lui désignait. Cela pouvait toujours servir, un jour ou l'autre. Le temps que Sanosaki aille lui chercher de l'onguent, elle avait cédé à la curiosité et s'était remise à fouiner : que ce soit pour essayer d'aller cueillir ces feuilles violettes qu'on avait soumises à son attention – de la même manière qu'on jette un os à un chien ou un doudou à un enfant : pour l'occuper et l'empêcher de faire une bêtise à la place – ou que ce soit pour aller fouiner autre chose, elle s'était déplacée. Elle fit quelques sauts sur son pied valide dans une direction menant à un but inconnu d'elle même, avec un manque de discrétion qui jetait le discrédit sur l'ensemble de la race féline.

Cependant, Sanosaki ne tarda pas à revenir, et, avant d'avoir cassé quelque chose ou de s'être fait mal, elle reprit gentiment sa place et accueillit l'apothicaire et son bocal en verre. En souriant, s'il vous plaît, soyons commercial. Indil lui rendit candidement son sourire... Jusqu'à ce que Sanosaki se pose visiblement une question. La question qu'elle-même lui avait posé quelques instants auparavant : avait-elle à payer en argent sonnant et trébuchant les services...les produits de l'homme ? Il trouva avec succès la réponse qu'il fallait : il acceptait tout ce qui pouvait lui être utile, et son fichu onguent lui, lui était gracieusement offert par la maison. En même temps, elle n'avait rien demandé elle ! Elle se hissa sur la pointe des pieds pour prendre des mains de Sanosaki le récipient. Elle demanda, tout en observant son contenu avec suspicion. Elle était censé faire quoi de cette pâte gluante ?


« - Et qu'est-ce qui peut vous être utile ? »

Indil loucha brièvement sur Sanosaki, sans cesser de réfléchir simultanément au risque de plonger sa patte dans la purée à priori curative et sur ce qu'elle pourrait bien apporter à cet inconnu. Au sens strict, la rousse n'avait rien en poche, car n'ayant pas de poche. Et n'ayant pas de chez soi, elle n'avait rien d'utile là-haut non plus. Après, elle pouvait toujours promettre son honnêteté et son paiement et oublier où se trouvait la petite boutique. Certes.

 « - Moi ? »

Elle pouvait être distrayante et remonter le moral en toute occasion et par de nombreux moyens. Si on était capable de supporter ses nombreuses frasques et bêtises. Or, à partir du moment où la vouivre avait pénétré dans la boutique, Sanosaki semblait être devenu, progressivement, de plus en plus perplexe. Elle aurait pu mettre sa patte à couper qu'elle finirait par lui donner mal au crâne...si ce n'était pas déjà le cas. Indil ne manquait néanmoins pas de bonne volonté, à défaut d'être calme et reposante.

 « - C'est gentil en tous cas. »

Indil ne manquait pas non plus de courage : elle trempa – avec une prudence dont elle n'était pas coutumière – un doigt dans la mixture, renifla le bout de pâte qui s'y était accroché, manqua de le goûter avant de deviner que Sanosaki la gronderait. Agile comme un chat, toujours sur un pied, elle s'apprêta à déposer la pâte du bout du doigt sur la plaie de la plante de son pied. Avant de suspendre son mouvement pour lever la tête vers Sanosaki, comme inconsciemment décidée à l'embêter jusqu'au bout.

«- Ca pique ? »

Histoire de savoir avant et d'éviter de sauter partout avec un glapissement suraigu sur la réponse était positive. On sait jamais : ne lui dîtes pas que c'était une question stupide, il ne fallait pas s'attendre à autre chose de sa part. Et non, elle n'était pas venue pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
Sanosaki Tjideh
Apothicaire
avatar

Race : ....
Elément : Lind
Nombre de messages : 49

MessageSujet: Re: La folle fait ses emplettes.    Lun 12 Déc - 5:42

[HRP: AHHH! Mais comme ça fait longtemps! Avec les cours, le travail, puis le retour des classes, je n'ai pas vu le temps passer...]

Sanosaki soupira, tout en observant l'étrangère de la tête au pieds. À en juger par son apparence, elle n'avait pas grand-chose qui lui appartienne réellement, et donc, il se dit qu'il pouvait bien oublier son paiement. Mais une autre partie de lui lui commandait de ne pas laisser paraître ce doute; il arrivait souvent qu'il soit surpris par les gens, car après tout, il était bien inexpérimenté dans ses jugements!
Ainsi, il s'apprêtait à répondre d'un "Je trouve une utilité à tout", plein d'une amabilité résignée à obtenir, dans le meilleur des cas, une babiole à laquelle il ne découvrirait un usage que bien plus tard. Mais, l'étrange créature l'avait devancé, d'un bien innocent :


« - Moi ? »

La simple question parut, en premier lieu, plutôt stupide aux yeux du jeune Sseinaar, mais, la seconde suivante, elle fit jaillir dans son esprit une idée qui, bien qu'en apparence farfelue, pouvait se révéler... ...comment dire... ...géniale? Non. Pas tout à fait. Mais pourquoi s'attarder à ce détail plutôt que de la présenter directement?

Sanosaki sourit gentiment, en réponse au commentaire de la rousse, et la regarda tremper son doigt dans l'onguent savamment préparé, anticipant un questionnement prochain, vu l'hésitation de la jeune femme, qui renifla, avec méfiance, apparemment, la mixture. Puis, après un moment, voyant qu'elle ne disait rien, réfléchit tout bonnement au fait que, encore une fois, sa prédiction s'était avérée totalement fausse.

*Définitivement, il faudrait que j'arrête d'essayer de comprendre les femmes... Ça ne donne STRICTEMENT rien, de toute façon...*

Ironiquement, quelques secondes plus tard, la vouive s'arrêta, son doigt à quelques centimètres de sa plaie, pour lever d'innocents yeux vers lui, et demander:

«- Ca pique ? »

Le Sseinaar roula les yeux de découragement, non pas devant le comportement de son... interlocutrice, ni parce qu'il trouvait la question bête, car ce n'était pas le cas, mais plutôt parce qu'il avait encore une fois le profond sentiment que la vie cherchait délibérément à le faire suer. Il se reprit toutefois rapidement, et un sourire apparut sur ses lèvres lorsqu'il répondit:

"Non. En fait, ça apaise même la douleur, aussi, normalement. C'est ce qui le rend si pratique."

Mais toutes ses questions lui avaient fait oublier sa précédente idée, qui ressurgit dans son esprit quelques secondes après avoir répondu. Le jeune homme prit cependant une minute avant de la présenter à la rousse, afin de songer à la façon de formuler sa proposition. Finalement, il en vint à une manière qui lui sembla relativement raisonnable:

"Euh... Pour le paiement, vous vous êtes proposée, non? Puisque vous semblez tant aimer goûter aux trucs que j'ai dans ma boutique, j'ai peut-être une idée qui pourrait vous permettre de me payer... J'ai quelques herbes et quelques mélanges dont je ne suis pas encore certain soit du goût, soit de l'effet, et qui n'ont aucun effet sur mon métabolisme... Vous pourriez les tester, si vous voulez... Ça me rendrait énormément service... Et si jamais il s'avérait que l'une d'entre elles avait un effet nocif, je saurai vous remettre sur pied, et ce sera à mes frais, bien sûr..."

Il fit une pause, attendant une réaction quelconque de la part de la jeune femme rousse.

"Alors... Qu'en dites-vous?"

_________________
Le bien et le mal n'existent pas.
Ce ne sont que des jugements que les Hommes font des actions de leurs pairs.
Toutes les victoires, toutes les progressions se sont faites au détriment de quelque chose.
Tout ce qui aide certains finit par nuir à d'autres, que ce soit dans l'immédiat ou cent ans plus tard...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La folle fait ses emplettes.    

Revenir en haut Aller en bas
 
La folle fait ses emplettes.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» QUE FAIT L'ETAT?
» Un peu de solitude ne fait de mal à personnes [ Dag Larson]
» La chanson qui fait kiffer les geeks
» Un fait surprenant ( suite )
» Je suis folle. Et toi?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'école d'Elladat et sa cité Kalinach :: Kalinach :: La Citée :: Commerçants et Artisants :: L'Apothicaire.-
Sauter vers: