L'école d'Elladat et sa cité Kalinach
Bonjour ou bonsoir.
Merci de votre visite! N'hésitez pas à nous rejoindre Wink
Ce n'est pas très compliqué : il vous suffit de choisir un nom et un prénom conforme à votre futur personnage.
La catégorie "Au tout début il y eu..." est là pour vous servir d'aide à la création du personnage. Et les membres seront ravis de répondre à vos questions.

Nous recherchons:
Des chaotiques.

L'école d'Elladat et sa cité Kalinach

.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 la quête de Vaïre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nennvial, fille de Vairë
Assassin
avatar

Race : Nymphe
Elément : Amar
Nombre de messages : 7

MessageSujet: la quête de Vaïre   Lun 14 Juin - 22:40

Réfléchissons un peu, si cela est possible...

agenouillée sur la rive, une brindille en main,


l'entrée est là

une croix fut tracée
; les murs sont, normalement, tout autour. Mais à ce que m'a dit Vaïre, c'est une héresie... l'air douteuse, les mains frottant son visage, Nennvïal cherchait toujours.

Cela faisait ... 1,2,3,4,5 nuités passées que la Nymphe parcourait chaque cm du mur de la cité.
Celui ci était profond, les racines étaient comme coupées nettes ou repoussées à maintes reprises...
Celui ci était élevé... les seules branches passant par dessus permettaient à peine à Nennvial d'observer une bride de la citée...

Nennvial, genoux encrés dans le sol pouvait rester des heures, des journées... et plus encore, sans bouger, à attendre de trouver sa solution... Vaïre ne l'aidait pas beaucoup... Nennvial l'avait elle déçu ? Ohh, si peu...

Peut être plus loin, beaucoup plus loin... les mains de la Nymphe foulaient le sol... s'impregnaient de l'esprit de Vaïre courant les bois et forêts, traversant les ruisseaux, volant de feuillages en feuillages... une brèche... ou plutôt, une porte, mais toute petite comparée à la première... simple... perdue au milieu de nul part... ou... non... quelqu'un semblait comme la guetter... ce n'était pas un Homme... mais il était perfide... Nennvial le sentait...

Curieuse, elle y aurait bien prété oreille, mais le pouvoir de Vaïre se recentra sur Nennvial... elle ne bougeait pas comme suspicieuse... mais Nennvial ressentait le rythme de son coeur... l'ombre était proche... pas assez pour voir la Nymphe... à vue d'Homme.

Nennvial sourie... son repas peut être ? Nennvial sourie encore plus à cette idée... les Nymphes ne se nourrissaient pas tels les Hommes ou leurs semblables... les Nymphes s'alimentaient de l'âme des Siens.

L'ombre bougea... ou plutôt, son corps bougea... elle ne marchait pas, mais se mit sur la pointe des pieds, recroquevillée, pencha son corps en avant... carressa du bout de ses mains le sol... et ... Nennvial, yeux fermés fronça un cil... était il en train de rennifler la terre ? Etrange... un chasseur ? Quelle était cette créature ... Nennvial n'arrivait pas à la classer... elle n'était pas assez prêt peut être...

Comme une femme prieuse, Nennvial agenouillée gardait ses mains s'alimenter de chaque tréssillements que lui donnait Vaïre... le poid de l'ombre n'était pas moindre... mais soupesait, sans doute possible, plus que la Nymphe.

L'ombre se redressa, son poid se réparti plus également sur ses appuis...


Dernière édition par Nennvial, fille de Vairë le Mar 15 Mar - 13:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Indil Erelda
Wethil
avatar

Race : Mi-vouivre mi-hybride félin
Poste : Elève
Elément : Wethil
Nombre de messages : 182

MessageSujet: Re: la quête de Vaïre   Mer 9 Mar - 2:19

Indil courait à s'en érafler les pattes sur le gravier. Plus exactement, elle faisait la course avec une chouette qui volait au-dessus d'elle, une hauteur d'homme plus haut, et ce, sous sa forme féline. En jeu ? La souris qu'elles avaient toutes deux choisies comme proie déjà quelques instants auparavant, et qui galopait toujours devant les deux prédateurs, haletante mais déterminée à vivre et à semer ses poursuivants. Indil pouvait comprendre cette obstination. Mais elle n'allait tout de même pas lui faciliter les choses ! Et puis, si ce n'était pas ses crocs qui se plantaient dans la douce chair duveteuse, se serait des serres impitoyables et affamées. Que le meilleur gagne, en somme
. Elle sauta agilement une branche tombée au sol, sans ralentir sa course. Une multitude d'herbes folles et hautes, successivement, lui barraient puis lui laissaient passage, effleurant avec tendresse son poitrail. Une oreille s'agita pour éviter une mouche, et déjà le gros chat noir accélérait pour ne pas perdre la piste que laissait le petit rongeur, écartant brièvement la flore sur son passage et remuant la terre sous la cavalcade de ses petites pattes griffues.

Un bruissement d'aile, différant des battements souples et réguliers qui permettaient la course poursuite du volatile, retentit au-dessus des oreilles d'Indil. Elle n'eut que le temps de lever les yeux pour voir le noctambule soudainement changer de route. Le chat se permit une pirouette dans l'herbe. Victoire ! Cependant, le temps qu'il remette ses quatre pattes dans l'ordre, la souris n'était plus dans son champ de vision. Cela lui apprendrait à se réjouir avant d'avoir mis la griffe sur sa proie ! Les épaules du chat s'affaissèrent quelque peu, tandis qu'elle enfonçait ses pattes de velours dans la terre meuble. Ses sens étaient lancés à la recherche du petit animal, mais déjà l'odeur lui échappait, emplissait d'une telle manière son environnement qu'elle était incapable de discerner l'exact chemin emprunté par la souris. Et ses oreilles étaient bien inutiles face à une souris décidée à se faire toute petite. Son coeur affolé par sa course frappait bien trop fort à ses oreilles fines.
Indil renifla encore quelques instants la chaude odeur de la terre et se décida à reprendre forme humaine : un peu crasseuse, feuilles et herbes emmêlées dans les cheveux, à peine vêtue de noir, elle resta à quatre pattes quelques instants, regrettant l'absence de la souris. Captant un léger choc sur le sol, qui se répercuta le long de ses bras nus en contact avec lui, elle se baissa un peu plus, ses cheveux roux inondant la terre. Sa joue frôlant le sol, elle regarda autour d'elle, reniflant à pleins poumons les odeurs que son instinct félin captaient. Pas de souris, que des oiseaux appétissants, l'herbe, la terre, les arbres...
Elle se redressa lentement jusqu'à arriver en position debout. Même un humain sans le développement que du sang hybride donnait aux sens, était capable de se sentir observé. Indil parcourut lentement la forêt du regard.

«- Cache-cache ? »
Revenir en haut Aller en bas
Nennvial, fille de Vairë
Assassin
avatar

Race : Nymphe
Elément : Amar
Nombre de messages : 7

MessageSujet: Re: la quête de Vaïre   Mar 15 Mar - 12:59


Genoux au sol, tête baissée, nuque dévoilée, sa colonne vertébrale traçait un chemin parfait, séduisant, le long de son dos dévêtu. La tisseuse avait de ses mains crée cet être charmant. Charmant, mais pas moins perverti par la raison humaine. Ses petits doigts caressaient la terre humidifiés par le cour d’eau voisin, éloigné d’une vingtaine de pieds, caché derrière les fourrés. Pourtant, le soleil pointé au dessus de la futaie bordant sur des miles, les épais remparts de la cité. Un mal aise naissait de ce mélange. L’air était lourd. Etouffant.


Le vent sifflait à son oreille les paroles de ces grands arbres adultes. Une chasse. Rien de plus naturel qu’une chasse. Peu d’êtres ne connaissaient ce plaisir qu’est la poursuite d’un autre. Et pourtant, peu d’êtres remercient la Tisseuse de leur offrir ces mets délicieux, mets qui fondent dans la gorge, qui fatiguent chaleureusement la panse.


Une sourie tremblaient encore de l’évènement passé. Sans mot, sans pensées, pétrifiée, elle n’était d’aucune utilité… Cachée au creux d’un arbre, celui-ci humait l’odeur de terreur empestant sur le fin duvet engraissé par la course. Vaïre l’avait effrayé, lui laissant la vie sauve, aujourd’hui encore.


Le volatile quant à lui était comme contrarié. Contrarié par sa proie évanouie sous l’épais feuillus. Chagriné par sa course galvaudée par un futile félin. Vaïre s’était montrée généreuse envers sa victime. Qu’était devenu le félin ? Nennvial ne l’avait pas aperçu… seul l’oiseau l’avait renseigné. Il était las, devant elle, comme suppliant de le nourrir. Seuls quelques pieds séparaient les deux corps.
Nennvial planta son regard dans celui du chasseur. Lui avait-il tout dit ?
Mielleuse, Nennvial sourie.



« Cache-cache ? »




Le souffle féminin chuchota à ses oreilles, alloué par le volatile diffamateur. Le dos de la Nymphe enfoui sa colonne dans sa chair, tandis que celui-ci se redressait. Ses épaules ressortaient. Un linge apparu comme noué à son cou, voilant son poitrail. Prenant appui sur ses mains, Nennvial se redressa.
Cache-cache … une enfant peut être… rares étaient les enfants s’aventurant seuls dans les hautes forêts. Nennvial l’avait appris de ses voyages. Une enfant, qui n’avait rien d’humain. Rien, ou peut-être quelque chose de plus. Une elfe ? Jeune et naïve ? Comment avait elle perçu la nymphe, si ce n’est par Vaïre ? Sure, cela tombait d’évidence.
Nennvial fit quelques pas de côté, offrant son arme au cœur d’un vieux chêne tordu. Curieuse. Là est bien son défaut. Mais l’esprit joueur de l’individu était tout autant ignorant. Nennvial le pressentait. Curieuse, elle se dévoila. Tel les humains, elle marcha nonchalamment vers la rivière, comme pour y faire sa toilette... donnant ainsi une raison à sa présence en ces lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Emeraude
Lind
Lind
avatar

Race : "Alfe "
Poste : Maraudeuse
Elément : Lind
Nombre de messages : 622

MessageSujet: Re: la quête de Vaïre   Ven 1 Avr - 0:52


Emeraude suivait la vouivre depuis quelque temps déjà. Puante et bruyante comme elle était, Indil avait tout d'une chatte. Eme se souvenait. L'Histoire défilait sous ses pieds. Une jeune fille amie des loups devenue étudiante au chevet de Lyre de Vertu pour sortir de cette prison qu'était Elladat. Entre temps, elle avait croisé le regard de la boule de poils.
Pourquoi la suivre ? Parce qu'Eme était revenue dans les terres de Kalinach, et sans savoir dans quel but. Elle devait se faire une raison. La vouivre puant à des lieux du nez d'Eme, elle n'avait alors rien d'autre à faire que de chasser du chat... cela pourrait lui faire un bon diner...


Emeraude c'était peut être assagi durant sa marche perdue, l'eau avait peut être ruisselé en martelant la pierre du château d'Elladat, Lyre de Vertu s'était rendue plus discrète disaient les sourds... mais certaines habitudes restaient ancrées dans les mémoires... certaines humeurs renaissaient face aux sentiments profonds de l'âme humaine...


La boule de poil courait... chassait sans gout. L'adolescente restait à distance. Cette distance qui, bien qu'accrue par la course, laissait le choix à Emeraude d'exercer ses talents de pisteuse. Un choix, si cette dernière décidait de s'arracher le nez !

Un étonnement s'incarna dans le regard d'Eme, lorsque celle ci s'aperçut du changement d'odeur de la boule de poil. C'était elle de nouveau métamorphosée ? pourquoi donc ?

Emeraude avança dans les taillis, aussi discrète que pouvait être le loup en chasse... l'ado était encore loin de sa proie... mais suffisamment proche pour entendre une voix naïve et infantile s'interroger



- "Cache cache ? "

l'avait elle remarqué ? Pourquoi subitement ? Non, certainement pas

_________________






"Le temps qui passe est ton pire ennemis. Il révèle tout.
Bavard qui parle sans y être interrogé. "




 
Revenir en haut Aller en bas
Indil Erelda
Wethil
avatar

Race : Mi-vouivre mi-hybride félin
Poste : Elève
Elément : Wethil
Nombre de messages : 182

MessageSujet: Re: la quête de Vaïre   Mar 26 Avr - 22:29

Indil était pour l'une des rares fois de sa vie, à la fois sous sa forme bipède et immobile, voire patiente. La tête légèrement penchée sur le côté, elle prêtait l'intégralité des deux petites oreilles velues cachées par sa tignasse rousses aux son qui émanaient de la forêt. Tous semblaient plutôt adéquats à l'endroit, exposant toute la variété de la faune qui y séjournait ces temps-ci. Rien d'inquiétant ni même de curieux – ce qu'un chat aime par dessus tout – si ce n'était le léger picotement qui était parti de sa nuque pour passer dans son dos, le creux de ses reins et qui aboutissait à présent dans la plante de ses pieds. Elle n'était pas toute seule !

Quand enfin l'intruse, ou du moins l'inconnue se dévoila de sa cachette – qu'Indil ne réussit pas à identifier même après l'apparition de l'inconnue, ce qui lui donna brièvement envie d'aller fourrer son museau dans ce coin-ci – la rousse dissipa la démangeaison qui parcourait ses extrémités en sautillant d'un pied sur l'autre. Puis, elle s'immobilisa et se rapprocha du sol, se tapissant de la même manière d'un félin qui souhait voir sans être vu. Sans doute l'inconnue l'avait elle déjà aperçue, mais ce genre de considération n'arrivait pas à faire sens pour la jeune femme. Elle observa donc cette jeune femme, un peu pâle, un peu comme éthérée s'acheminer vers le ruisseau et s'apprêter à y plonger les mains. Le concept de toilette n'était appréhendé par Indil que sous sa forme féline, et elle ne voyait pas ce que cela avait a voir avec de l'eau. Mais passons.

Observer une inconnue au bord d'une rivière, cela peut peut-être recéler un certain attrait pour certaines personnes – en majorité masculines et suitantes de lubricité – mais Indil tendait sérieusement vers l'ennui. Elle avait plus la patience du chaton joueur que celle du prédateur à l'affût. Et elle ne connaissait pas cette personne – les personnes qu'elle connaissait tiraient plus souvent vers le blanc, le rouge, ou le brun crasse que vers le vert, ne vous déplaise – et par conséquent, cela l'intriguait !

Il lui fallut à peu près une demi-seconde supplémentaire pour prendre sa décision. Après tout, l'inconnue avait l'air de vouloir jouer à cache-cache, si c'était bien elle qui l'avait observé sans se faire voir ! Indil se détendit comme un ressort et courut se planter derrière la nymphe. Elle manqua de plaquer ses mains sur les épaules de celle-ci mais glissa légèrement dans l'herbe humide de la rive : elle se rétablit avec plus ou moins de succès, se contentant d'être, presque innocente dans le dos de la nymphe. Même si son plan initial était remis à plus tard – comme si une glissade l'empêcherait de chahuter quelqu'un ! - elle avait un sourire fier sur les lèvres, et un bout de langue dépassait entre ses dents, les mains s'agitant, prêtes à venir se poser là où elles pourraient :

« -Trouvée! »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la quête de Vaïre   

Revenir en haut Aller en bas
 
la quête de Vaïre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'école d'Elladat et sa cité Kalinach :: Et le monde extérieur... :: La forêt :: Le ruisseau et sa cascade-
Sauter vers: